articles-40.jpg

Aujourd’hui il nous paraît naturel de pouvoir écouter une émission de radio que nous avons manquée - ou même la réécouter - sous forme de podcast. Nul besoin de rappeler que le podcasting permet aux utilisateurs de télécharger des émissions audio ou vidéo sur Internet en vue d'une écoute immédiate ou ultérieure. Pourtant il y a 7 ans, pour suivre une émission de radio, c’était le live sinon rien. L’avènement du Web 2.0 a changé la donne et a notamment permis aux premiers podcasts de voir le jour. 6 ans que ce phénomène s’est installé, l’occasion de se demander combien il y a de podcasteurs aujourd’hui, ce qu’ils écoutent, et aussi ce qu’ils font d’autre ou plus que les autres sur Internet…

 
 
Quand on podcaste on ne compte pas

Et d’abord combien sont-ils ces Français qui téléchargent des émissions radio en vue d’une écoute ultérieure ? Réponse : au 2ème trimestre 2011, plus de 4 millions qui ont déjà écouté une émission de radio sous forme de podcast. Soit 2 fois plus qu’au 2ème trimestre 2008 (il y a 3 ans). Cela représente 8% des individus âgés de 13 ans ou plus - et 10% des internautes réguliers en France. Parmi eux, plus de 6 sur 10 ont écouté un podcast au cours du dernier mois, soit au total 2,5 millions d’individus. Constat qui a son importance : la majorité des podcasts téléchargés sont écoutés : 7 sur 10. On ne thésaurise pas, on consomme. Et quand on consomme, on ne compte pas ! 1 podcasteur sur 2 écoute plus de 6 podcasts par mois ; et 1 sur 3, plus de 10 par mois. Quant aux abonnés podcasts, qui représentent le tiers de l’effectif, ils manifestent une véritable fringale de podcasts et vont jusqu’à en écouter en moyenne près de 19 par mois, contre 8/mois pour ceux qui téléchargent à l’unité. C’est l’ordinateur qui constitue le support d’écoute privilégié : 61% des podcasteurs l’utilisent à cet usage. Le téléphone mobile a ses adeptes : 1 podcasteur sur 5 (22%) ; le baladeur multimédia aussi : 1 sur 6 (17%). La plupart du temps, 80% des cas, les podcasts sont écoutés en une seule fois. Mais on ne podcaste pas tout à fait par hasard : pour plus de 7 intéressés sur 10, ce sont le bouche à oreille ou le buzz d’une émission à la TV, dans la presse ou sur Internet qui les incitent à télécharger ou à s’abonner.

Divertissement, culture et information en tête

Depuis novembre 2009, Médiamétrie-eStat publie mensuellement, pour ses clients souscripteurs, l’état des téléchargements de podcasts, au global, par genre et par station. C’est ainsi qu’en novembre 2011, 16,7 millions de podcasts ont été téléchargés en France, soit 42% de plus qu’il y a 2 ans. Quels programmes ? Divertissement (6,3 millions), culture (4,9 millions) et information (4,3 millions) constituent le trio de tête des genres téléchargés au cours de ce mois-là. Mais ce sont les podcasts d’information qui, au sein de ce trio, manifestent le plus fort dynamisme avec une progression de 66% depuis le début de la mesure il y a 2 ans. La culture n’est pas loin d’en faire autant : +56%.

Portrait type

Le podcasteur est plutôt masculin : près de 7 sur 10 sont des hommes. Plutôt jeune : 1 sur 2 a moins de 35 ans et près d’1 sur 3 entre 35 et 49 ans. Près d’1 sur 5 est un jeune à la maison - moins de 25 ans vivant au domicile parental. Plus d’1 sur 5 en est à l’étape de vie « nouveaux parents » - c'est-à-dire ayant la charge d’enfant(s) de moins de 11 ans. Et 14% sont, quant à eux, des « parents expérimentés »: ayant la charge d’enfant(s) qui ont tous atteint leurs 11 ans. Une pratique également très CSP+ : 1 podcasteur sur 2 est CSP+. Et davantage liée à la région parisienne : 28,5% des podcasteurs sont des parisiens (vs 18,6% des individus âgés de 13 ans et +).

Acheteurs, vidéonautes, radiophiles, amateurs de presse et de technologie


Les podcasteurs sont plus nombreux que la moyenne des internautes à avoir réalisé récemment un achat en ligne : 63% d’entre eux y ont eu recours au cours du dernier mois - soit 20 points de plus que la moyenne des internautes. Ils sont également plus nombreux à consulter des vidéos sur Internet au cours du derniers mois : ¾ d’entre eux l’ont fait, contre 1 sur 2 pour l’ensemble des internautes. Et leur pratique du podcasting radio apparaît liée à celle de la catch-up TV. Selon l’étude Cibles+, 22% des internautes ayant écouté des émissions de radio en différé via des podcasts regardent des vidéos en catch-up TV au moins une fois par semaine (contre 13% en moyenne pour l’ensemble des internautes). Par ailleurs, ils sont davantage adeptes du téléchargement (notamment de la musique et des films). On les retrouve en force sur les autres nouveaux modes d’écoute de la radio : près de 2 podcasteurs sur 3 ont écouté la radio en direct sur Internet au cours du dernier mois, alors que cette pratique touche un peu plus d’un quart des internautes. Ce sont des lecteurs plus fréquents de presse quotidienne nationale : 4 sur 10 la lisent au moins une fois par semaine, contre 1 internaute sur 4 en moyenne. Idem pour la presse économique : 18% d’entre eux la lisent au moins une fois par semaine contre 9% pour l’ensemble des internautes. Très CSP+, ils sont davantage équipés de tablettes tactiles : 8,3% des podcasteurs en possèdent une contre 5% pour l’ensemble des internautes. Et ils consultent ainsi davantage la presse en ligne (nationale, régionale ou magazine) : 71% contre 51% en moyenne.

Conclusion : loin d’être une occupation exclusive, le podcasting encourage à multiplier les contacts avec les autres médias. En réalité, et c’est un constat établi depuis longtemps, les médias sont contagieux.
 
 

Jean Mauduit / Adélie Ménager


Plus d'informations ?
Adélie Ménager 
- amenager@mediametrie.fr
Laure Osmanian - losmanian@mediametrie.fr


Suivez-nous
| Dites "J'aime"
| Partager cette page
Follow Mediametrie_TM on Twitter

Partager


Sources : Médiamétrie - Global Radio et Observatoire des usages Internet
Médiamétrie-eStat
Mediametrie//NetRatings – Cibles+

Envoyer à un ami

Aucune réaction.