articles-107.jpg

Les Jeux Olympiques d’hiver se déroulent cette année à PyeongChang, en Corée du Sud, du 9 au 25 février.

Ailleurs dans le monde…

Les audiences réalisées en dehors de l’hexagone - rassemblées par Eurodata TV Worldwide – relèvent des tendances comparables. La cérémonie d’ouverture a été très suivie dans le monde. Au Japon notamment : bien que diffusée à 1h du matin, la cérémonie a rassemblé 2,5 millions de téléspectateurs en moyenne. Aux Etats-Unis, où elle était diffusée en prime-time, ce sont 31,7 millions de personnes qui l’ont regardée.

Les épreuves qui ont réalisé la meilleure audience dans le monde confirment l’engouement du public pour leurs héros nationaux, un facteur clé pour l’audience des programmes sportifs.

En Autriche, la descente ski hommes qui a eu lieu le 9 février à 8 h du matin, a réalisé 79,6% de PDA et rassemblé 1,2 million de téléspectateurs. Il faut noter que c’est l’autrichien Matthias Mayer qui l’a remportée.

Aux Pays-Bas, le 5 km hommes en patinage de vitesse (samedi 8 février à 12h30) a rassemblé 87,4% de PDA et 4,6 millions de téléspectateurs. Sur le podium : 3 Néerlandais.

En Norvège, le relais hommes de ski de fond (dimanche 16 février à 11h) a réalisé 89,4% de PDA et réunion 1,6 million de téléspectateurs. Sur le podium : la Suède, la Russie, la France

En Pologne, le Grand Tremplin en saut à ski (samedi 15 février / 20h) : 58,1% de PDA et 10,2 millions de téléspectateurs avec le Polonais Kamil Stoch vainqueur de l’épreuve.

En Russie, la dernière période du match Russie Etats-Unis en hockey sur glace (samedi 15 février / 15h) : 43,3% de PDA et 10,5 millions de téléspectateurs.



Source : Eurodata TV Worldwide

2 semaines de compétition dédiées aux sports d’hiver. A l’approche de cet événement, observons les performances de la précédente édition, qui a eu lieu en 2014 à Sochi, en Russie.


218 heures d’antenne pour la compétition de Sochi

Principalement diffusés sur France 2 et France 3, les Jeux Olympiques d’hiver de 2014 se sont déroulés dans la ville russe de Sochi, du 7 au 23 février. S’il n’y avait que 2 heures de décalage horaire avec la France, on compte 8 heures de décalage avec la Corée. Ainsi, pour l’édition 2018, la plupart des épreuves seront diffusées en France pendant la nuit, le matin et le début d’après-midi. Par exemple, la descente Messieurs sera diffusée le dimanche 11 février à 3 heures, le biathlon sprint dames le samedi 10 février à 12h15.

En 2014, France 2 et France 3 ont accordé une place très importante aux Jeux Olympiques avec 218 heures d’antenne, soit 54 heures de plus que pour les JO de Vancouver de 2010 et 46 de plus que pour ceux de Turin en 2006. Un volume qui se rapproche de celui consacré aux Jeux d’été (276h pour Londres en 2012). 

Le snowboard et le ski acrobatique ont été les deux disciplines les plus diffusées pour ces JO. Ce sont également celles qui avaient le plus évolué depuis les Jeux de Vancouver, ayant chacune intégré 4 épreuves supplémentaires. Suivent, en heures de diffusion, le patinage artistique, le hockey sur glace et le ski alpin.


Des performances exceptionnelles en Access Prime Time

L’édition 2014 des JO d’hiver a atteint un niveau d’audience record sur 20 ans : 3,8 millions de téléspectateurs en moyenne pour la diffusion des épreuves en Access sur France 2 pendant les 2 semaines de compétition (18h30-20h). En moyenne, près d’1 téléspectateur sur 5 d’Access Prime Time - 19,3% de part d’audience – regardait les épreuves. Pour l'édition de Vancouver en 2010, on comptait en moyenne 3,1 millions de téléspectateurs présents pour les épreuves diffusées en Access sur France 2. le précédent record datait des JO de Salt Lake City en 2002 avec 3,4 millions.

France 2 et France 3 ont ainsi vu leur part d’audience s’élever significativement sur la période des jeux avec un gain respectif de 2,5 et 1,3 points de part d’audience.

Les Jeux Olympiques de Sochi ont en effet été extrêmement fédérateurs auprès du public de la télévision : 43,4 millions de Français, soit près des 3/4 (73,3%) des individus de 4 ans et plus, les ont regardés durant au moins 5 minutes consécutives. Seuls les JO de Londres 2012 (46,3 millions) ont eu un rayonnement plus fort. A titre de comparaison, la Coupe du Monde de football 2014 a touché 50 millions de personnes et l’Euro 2016, 48 millions.



Plus de 33 millions de Français ont regardé les JO au moins une heure sur la totalité de l’événement. Plus de 3 millions y ont consacré au moins deux heures par jour en moyenne. Et enfin près de 20 000 passionnés les ont suivis au moins huit heures par jour en moyenne.


Les moments-phares de l’édition

Moment clé pour chaque édition des JO, la cérémonie d’ouverture a réuni 5,5 millions de téléspectateurs le 7 février 2014 entre 16h30 et 20h00 ; elle a été suivie par plus d’1 téléspectateur sur 3 (35,3% de PDA). Le pic d’audience de France 2 sur la quinzaine des jeux a eu lieu au moment où les athlètes Vladislav Tretiak et Irina Rodnina ont allumé la flamme olympique : 9 millions de téléspectateurs les ont regardés à 19h54 effectuer ce geste symbolique, soit près d’1 sur 4 (37,5% de PDA). En 2018, la cérémonie a lieu à 12 heures le vendredi 9 février.

Autres moments marquants de la compétition en termes d’audience : la finale du saut à skis individuel hommes (le 9 février à 19h53) – épreuve particulièrement spectaculaire - qui a rassemblé 5,7 millions de téléspectateurs et atteint 22,2% de PDA. La finale du saut à skis dames (11 février – 19h57) n’est pas en reste avec 5,2 millions de téléspectateurs et 20,2% de PDA ; elle réalise même le pic d’audience de France 3 sur la quinzaine à 19h59 pour l’annonce de la médaille de bronze pour la française Coline Mattel.

Le programme court du patinage artistique (16 février – 19h07) a réuni 5,5 millions de téléspectateurs et totalisé 24,2% de PDA dont un pic à 6,4 millions et 26% de PDA à 19h41 lors des résultats de l’épreuve.


Le public féminin au rendez-vous

Les Jeux Olympiques de Sochi ont largement mobilisé le public féminin : les femmes ont représenté près de la moitié du public de la compétition, score le plus élevé pour un grand événement sportif. Un phénomène déjà rencontré lors des JO de Pékin en 2008, Vancouver en 2010 et Londres en 2012.

Toutefois, le public des Jeux Olympiques est plus jeune et plus masculin que l’auditoire global de France 2 et France 3 sur la même période. L’événement a attiré davantage d’actifs, en particulier les CSP+. Ce sont les plus grands adeptes des retransmissions de la compétition.


Un dispositif enrichi par les retransmissions sur le Web

Sur internet, le dispositif de retransmission en direct du site francetvsport a proposé plusieurs modes d’affichage, dont la possibilité de regarder 4 épreuves simultanément, grâce à une mosaïque à l’écran. Une offre qui a stimulé le visionnage de la compétition sur internet : on a ainsi observé au total, plus de 6,5 millions de sessions Live pour les JO (du 6 au 23/02) soit un nombre moyen de sessions 28% plus élevé que la moyenne du mois de février.

Sur internet, le public regarde également des épreuves en replay : ce mode de visionnage a représenté 15% de la consommation totale sur internet. Un phénomène plus marqué que sur l’écran de télévision pour lequel l’essentiel de la consommation s’effectue en Live. Le direct est en effet clé dans la poussée d’adrénaline provoquée par les épreuves sportives.

Web et TV sont ainsi complémentaires pour visionner la compétition. En semaine, compte tenu des horaires de diffusion des Jeux (en journée), la consommation Live a été importante sur le web avec en moyenne plus de 420 000 sessions par jour. Le week-end, le public a privilégié la télévision par rapport au web dont l’usage reste néanmoins élevé (240 000 sessions en moyenne).



En dépit des différences et notamment du décalage horaire plus important sur l’édition 2018 des JO d’hiver, il est probable que l’on retrouve des similitudes entre les deux éditions : attrait pour la cérémonie d’ouverture, les épreuves reines, engouement pour les champions nationaux… et également, la complémentarité TV / Internet qui ne cesse de se renforcer. Rendez-vous d’ici quelques semaines pour dresser le bilan d’audience de ces Jeux, avec notamment les résultats TV 4 écrans, qui ne manqueront pas d’être instructifs.


Laure Osmanian Molinero 

Sources : Médiamat – etat’Streaming - Médiamétrie




Plus d’informations ?

Laure OSMANIAN MOLINERO
Mail : laureosmanianmolinero@outlook.com