articles-117.jpg

Avec la victoire de l’équipe de France, la Coupe du monde de Football 2018 a été un immense moment de ferveur en France grâce auquel les chaînes de télévision ont une fois encore réalisé des records d’audience.

Une mobilisation qu’elles ont nourrie dans les mois précédant la compétition, avec des programmes dédiés, sur tous les écrans. Retour sur une success story.


Une montée en puissance

La Coupe du monde de football à l’international

La finale se positionne comme la 2ème meilleure audience sport de l’année en Afrique du Sud avec 6,8 millions de téléspectateurs et 44,1% de part d’audience.

En Russie, la compétition remporte 9 des 10 meilleures audiences sport et 11,3 millions de téléspectateurs ont regardé la finale pour une part d’audience de 53,9%.

L’Inde avait la chance de voir la finale en prime time : 16 millions de téléspectateurs l’ont regardée.

Au Royaume-Uni, la finale de la Coupe du Monde a fait de l’ombre à l’événement sportif phare qu’est la finale de Wimbledon ; co-diffusée par BBC1 et ITV, elle a rassemblé 8,6 millions de téléspectateurs sur BBC1 (48,3% de part d’audience) et 2,4 millions sur ITV (13,7% de part d’audience). Sur les deux chaînes, le match a réalisé un pic d’audience de 13,8 millions de téléspectateurs à 17h52, à la fin du match.

En Serbie, le public a préféré la finale du Tournoi de tennis de Wimbledon opposant Novak Djokovic à Kevin Anderson à la première mi-temps de la finale : 970 000 téléspectateurs ont soutenu le tennisman serbe, le match réalisant ainsi une part d’audience de 41,8%. Le match de tennis terminé, ils ont assisté à la 2ème mi-temps qui a rassemblé 1,7 million de téléspectateurs pour 66,1% de part d’audience.

Cette année, personne ou presque n’a échappé au phénomène football : pas moins de 51,5 millions de personnes ont regardé la Coupe du monde 2018, soit presque 9 Français sur 10 (88%). Un raz-de-marée ! Médiamétrie a également relevé près de 9 millions de téléspectateurs en moyenne sur l’ensemble de la compétition, avec un pic à 22 millions dans les dernières minutes de la finale… des chiffres qui font rêver.

Si les Français se sont mobilisés autour de l’événement et de leur équipe, c’est bien sûr grâce aux prouesses de Mbappé, Varane, Griezmann et de leurs coéquipiers. Mais aussi parce que les chaînes de télévision et les radios ont étoffé leur offre liée au football dès le printemps. La préparation fut intense et pas seulement pour les joueurs ! Avec les bandes annonces tout d’abord, diffusées sur les antennes du Groupe TF1 dès le mois de mars. Les premières le 6 mars, puis une diffusion quotidienne à partir du mois de mai, jusqu’à 24 bandes annonces le 13 juin.

Au mois de juin, juste avant le début de la compétition, les diffuseurs ont joué la carte de la nostalgie avec des programmes et documentaires revenant sur la victoire euphorique de 1998. Entre le 1er et le 14 juin 2018, TF1 a consacré 7 heures et 27 minutes de programmes au football avec notamment les documentaires « 98 les secrets d’une victoire », « le match de légende » … France 2 a quant à elle diffusé les documentaires « 12 juillet 1998 le jour parfait », « France 98 nous nous sommes tant aimés », et le jeu « Tout le monde joue avec le football » soit 4 heures et 21 minutes de programmes au total, dont certains rediffusés sur France 4. Arte a diffusé « La Coupe du Monde des Espions » et W9 « Minute par minute, France 98 le sacre d’une nation ». Au total, 19 millions de téléspectateurs ont regardé ces programmes.


Une offre TV et digitale massive

Seul diffuseur gratuit, TF1 a retransmis 28 matches, comme en 2014 pour la Coupe du Monde au Brésil. La chaîne beIN SPORTS a quant à elle diffusé l’intégralité des 64 rencontres, dont 36 en exclusivité.

Mais ce n’est pas tout ! Au-delà des retransmissions, TF1 a proposé tous les soirs Le Mag de la Coupe du Monde, Téléfoot spécial chaque dimanche de même qu’une importante couverture dans les Journaux Télévisés de 13 heures et 20 heures (avancés à 19h15 les soirs de match). Les chaînes et sites internet du Groupe ont également adapté leur programmation en lien avec la compétition : l’émission Quotidien sur TMC, Téléfoot la Quotidienne sur TFX chaque soir ; le site myTF1 était entièrement consacré à la compétition, et enfin l’application de réalité virtuelle myTF1 VR, permettant de voir un match à 180° dans la peau d'un spectateur en loge.

Le dispositif était également très important sur beIN SPORTS avec 2 chaînes dédiées 24h/24 à l’évènement, 6 magazines quotidiens et le dispositif digital.

Les chaînes ont enfin étoffé leur présence sur les réseaux sociaux avec chacune un compte Twitter dédié à la compétition.

La chaîne L’Equipe a consacré le magazine « L’Equipe du Soir » à la Coupe du monde avant et après les matchs ; « L’équipe du soir la mi-temps » a rassemblé en moyenne 726 000 téléspectateurs pendant les matches de l’Equipe de France.

Le digital a offert de multiples possibilités de regarder les matches sur d’autres écrans : MYTF1, Molotov, myCANAL, beIN SPORTS. Une option d’autant plus intéressante que, pour cette édition, les matches de l’Equipe de France étaient en majorité diffusés l’après-midi - 6 matches en journée, 1 en prime time. En moyenne, les écrans internet ont apporté une audience d’environ 3% de plus par rapport à l’audience TV. Une contribution qui monte à 6% pour le match Uruguay-France - diffusé le vendredi 6 juillet à 16 h, donc un jour de semaine - qui a rassemblé le plus de téléspectateurs sur internet : 736 000 téléspectateurs l’ont regardé en ligne, que ce soit sur ordinateur, smartphone ou tablette. 534 000 ont regardé la finale – diffusée à 17h – et 503 000 le match France-Danemark, le jeudi 26 juin à 16h.

Les 28 matches diffusés sur les players de MYTF1 et Molotov représentent 13,4 millions d’heures vues en live ; plus de la moitié sur ordinateur (58%), 1/3 sur téléphone mobile, et 10% sur tablette. 13,4 millions d’heures vues, c’est ce qui est consommé habituellement sur un mois complet pour l’ensemble des chaînes du Groupe TF1 (mois moyen 2017).

Logiquement pour un événement sportif avec de tels enjeux, les téléspectateurs ont regardé majoritairement les matches en live sur internet, alors que généralement le replay est dominant.



L’équipe de France, moteur des audiences

Le parcours exceptionnel des hommes de Didier Deschamps qui les a menés jusqu’à la victoire est essentiel pour expliquer les audiences record de cette édition. Avec 8,7 millions de téléspectateurs en moyenne, l’édition 2018 est la deuxième meilleure depuis 1998, et cela essentiellement grâce au parcours des Bleus. Elle se place juste après celle du Brésil en 2014 (9 millions de téléspectateurs en moyenne), plus favorable en termes de décalage horaire, les matches ayant été essentiellement diffusés en prime-time.

Les audiences des Bleus progressent au fur et à mesure du tournoi : si les phases de poule réunissent 10,7 millions de téléspectateurs en moyenne (15,8 en 2014), cela monte à 14,9 millions pour les 1/8ème, ¼, et ½ finales (16,5 en 2014), pour atteindre 19,4 millions lors de la finale. Ainsi, les matches de l’équipe de France ont contribué à plus du tiers (36,8%) de l’audience de la compétition, alors qu’ils représentent ¼ des matches diffusés. Les matches en journée ont le plus contribué à l’audience.

Les matches des autres nations ont également fait de cette Coupe du monde une des meilleures. En effet, plus l’équipe de France progresse, plus le public s’intéresse aux autres équipes, potentiels adversaires des Bleus. Ainsi 6,4 millions de téléspectateurs ont regardé les matches des phases de groupes (6,5 millions en 2014) et 8,3 millions les 1/8èmes, 1/4 et 1/2 finales (8,1 millions en 2014).

Quant au public de cette compétition, il est plus masculin (59%) mais moins que les standards du genre (69% en moyenne pour les matchs de football hors Coupe du monde cette année). L’assiduité des femmes va croissante à mesure de l’avancée des Bleus. Phénomène de société qui se confirme sur cette édition, l’essor du foot auprès des jeunes générations féminines : la part d’audience des femmes 15-34 ans se rapproche de plus en plus de celle des hommes à chaque compétition.

La victoire acquise, les diffuseurs ont surfé au maximum sur l’effet Coupe du monde dans les jours, voire semaines qui ont suivi la compétition. Les éditions spéciales du jour suivant la victoire, consacrées au retour des Bleus –5h42 de direct sur TF1, 4h53 sur France 2, 3h32 sur M6 - ont connu un grand succès. TF1 a notamment rassemblé 4,2 millions de téléspectateurs en moyenne. La chaîne a également réalisé ce jour-là son meilleur JT de 20h de l’année avec 8,4 millions de téléspectateurs. Un enthousiasme qui s’est poursuivi jusqu’à la fin du mois de juillet, porté par l’euphorie de la victoire retracée dans des documentaires : « les Bleus 2018 : au cœur de l’épopée russe » sur TF1, « 1998, 2018 : merci » sur France 2, « le Paris des Bleus » et « Champions du Monde, La France en fête » sur M6, de même que des documentaires sur 1998 sur plusieurs chaînes. Soit, entre les 16 et 23 juillet, 15h40 de programmes sur TF1, 11h16 sur France 2, 6h26 sur M6 et 4h17 sur TMC. En aout et septembre, les documentaires diffusés sur C8 ont mobilisé 4h45 d’antenne. Au total, 35 millions de téléspectateurs ont été au rendez-vous pour regarder un ou plusieurs de ces programmes.

La Coupe du monde de Football est un événement incontournable pour la télévision, qui, s’il représente un investissement extrêmement important, est décliné dans le temps et sur tous les supports médias. Il est ainsi à la fois générateur de publicité et d’image, à la hauteur de la ferveur du pays pour ce sport et son équipe.

Laure Osmanian Molinero 



Plus d’informations ?

Laure OSMANIAN MOLINERO
Mail : laureosmanianmolinero@outlook.com