articles-87.jpg

Smartphones ou tablettes, les Français sont très fans de ces écrans mobiles. Bien plus qu’on ne l’imagine car l’onde de choc ne cesse de se propager auprès de toutes les générations.

Beaucoup sont si accros qu’ils ne peuvent se dispenser des deux. Les réseaux sociaux sont les rois des contenus.

Chaque année la proportion des utilisateurs de téléphone mobile augmente. Au point que 87% de la population française en utilisent un. Cette proportion n’a visiblement pas encore atteint son plafond. La population équipée n’a-t-elle pas encore progressé de 2% sur un an ? Arrivées sur le marché il y a moins longtemps, et donc moins répandues, les tablettes tactiles comblent leur retard à une cadence plus vive : la population équipée ayant augmenté de 19% en un an. Maintenant, la proportion d’utilisateurs frôle les 43%. 

Les progrès technologiques aidant, le téléphone mobile ne sert pas seulement à se parler à distance. Devenu un mini-ordinateur connecté à Internet, c’est désormais avant tout un écran mobile. Qui dit posséder un téléphone mobile signifie, dans les deux tiers des cas, profiter d’un smartphone. Bilan : sur la base des 11 ans et plus, 60% détiennent un smartphone, soit 32,6 millions de personnes (4ème trimestre 2015).
Tous ces indicateurs démontrent que les smartphones et les tablettes n’en ont pas fini de fédérer de nouveaux afficionados car les innovations technologiques et les besoins de communiquer de multiples façons dopent les envies. Autant d’écrans mobiles incite la population qui n’en possède pas à s’y convertir, ne serait-ce que pour rester dans le coup. Et cette vague déferlante rend également les internautes DM sur mobile ou les internautes DM sur tablette plus exigeants en matière de vitesse de connexion. Oui, Internet oblige, tous ces écrans mobiles sont des accélérateurs de connexion.

Applications ou sites web ?

Les écrans mobiles sont des portes qui s’ouvrent facilement sur des contenus. On se sert d’abord de son smartphone pour utiliser une application (36%), ensuite pour naviguer sur internet (29%), 35% utilisent l’un ou l’autre. C’est l’engouement contraire chez les internautes sur tablette : 40% s’en servent pour surfer sur un site Internet, 24% pour une application, 33% l’un ou l’autre indifféremment. Les applications sont autant de sésames : internautes sur mobile comme sur tablette en ont installé 29 sur chacun de leurs écrans. Mais si on a une palette d’applis sous la main par souci pratique, on ne les utilise pas toutes autant. Parfois, on va jusqu’à les désinstaller, surtout les applis de jeux.
L’écran mobile, c’est clairement la possibilité d’accéder au contenu qu’on veut, où on veut, quand on veut. Autrement dit, le smartphone surtout et la tablette, dans une moindre mesure - question d’encombrement -, sont des compagnons de tous les instants. La consommation des smartphones atteint un pic entre 12 et 14 heures quand les jeunes et les actifs observent une pause déjeuner. En revanche, les internautes sur tablette sont cinq fois moins nombreux à se servir de leurs tablettes et leur usage n’enregistre pas de hauts et de bas en fonction des moments de la journée - vu sa taille, il n’est pas toujours aisé de s’en servir partout, à la différence du mobile. Elle reste utilisée majoritairement à domicile.


Les réseaux sociaux : un must

Réseaux sociaux, actualité, jeux et divertissements, achats, informations pratiques sur la météo ou les transports… les contenus sont légion. Tout dépend des besoins du moment, du contexte et du temps dont on dispose. Ce sont les réseaux sociaux qui tiennent sans conteste le haut du pavé : 71% des internautes sur mobile et même 73% des internautes sur tablette utilisent une messagerie instantanée. La consultation de vidéos est, elle aussi, très prisée : 69% des premiers s’y adonnent, 74% des seconds. Mettre à jour son profil est une pratique largement répandue (respectivement 59% et 62%). Partager des informations également mais à moindre échelle (47% chez les internautes sur mobile et 48% chez les internautes sur tablette).

L’interaction n’a pas que des avantages. Elle suscite légitimement des critiques de la part des fans de téléphone mobiles et de tablettes, encore qu’elles ne soient partagées que par une assez faible proportion d’entre eux. Les notifications des réseaux sont, en effet, jugées intrusives par 28% des mobinautes et 21% des tablonautes. Elles sont considérées comme trop fréquentes autant par les premiers (19%) que les seconds (18%). Assez peu les jugent essentielles (12% des premiers, 17% de seconds).


Les applications de presse et d’actualité prisées sur les écrans mobiles

L’usage des applications des marques du secteur presse et actualité est très répandu : 45% des internautes sur mobile les utilisent, voire 44% chez les internautes sur tablette.

Leur public perçoit assez positivement les alertes, encore faut-il qu’elles soient jugées intéressantes (c’est l’opinion de 35% des mobinautes et de 41% des tablonautes), perçues comme essentielles (23% le pensent) et non comme intrusives (opinion partagée par environ 12%).

Le goût pour le divertissement, lui, passe par le jeu : 35% des internautes sur mobile ont au moins une appli de jeu contre 41% des internautes sur tablette. Sous cet aspect, les critiques sont plus fournies. Le caractère intrusif de leurs alertes agace un tiers des mobinautes et un quart des tablonautes. Leur trop grande fréquence aussi en irrite un sur cinq. Le divertissement passe aussi par la musique. Le streaming, très tendance, convainc de plus en plus d’adeptes bien qu’on en soit encore en période de décollage : 28% des internautes sur mobile et 26% des internautes sur tablette le pratiquent. Le streaming gratuit fédère évidemment plus d’amateurs (21% chez les internautes sur mobile contre 19% chez les internautes sur tablette). L’abonnement au streaming payant n’a cependant pas à rougir (il mobilise déjà 15% des premiers et 11% des seconds).



Le succès et les limites des sites marchands

L’un des contenus à grand succès est le fait des sites marchands : 16% des internautes sur mobile achètent sur internet après avoir fait du repérage en magasin.
Encore faut-il que les alertes commerciales sachent intéresser les clients de la marque (19% des mobinautes les estiment intéressantes, 24% chez tablonautes). Néanmoins les notifications – par exemple invitant les consommateurs à profiter de promotions ou de soldes privées - sont jugées trop fréquentes (18% des mobinautes et des tablonautes) et, surtout, très intrusives (37% des mobinautes et 32% des tablonautes).

Plus que les applications de presse, de divertissement ou de sites marchands, celles proposant des informations pratiques, telles que la météo ou les transports, font des ravages, surtout chez les internautes sur mobile : 51% d’entre eux les consultent (45% chez les internautes sur tablette). Le niveau d'intérêt pour ces notifications est de près de 32%.


L’utilisation tributaire de l’endroit où l’on se trouve

On a beau ne pas se séparer de son smartphone du matin au soir, et du soir au réveil, son utilisation est malgré tout tributaire de l’endroit où on est. Au travail, le mobinaute consulte surtout les sites d’actualité (30%) et les réseaux sociaux (23%). A l’école ou à l’université, sa préoccupation pour l’actualité est également très forte (32%) mais le recours aux réseaux sociaux est plus répandu encore (41%). Dans les transports, les jeux (24%) l’emportent sur les réseaux sociaux (22%). A domicile, le mobinaute se connecte surtout sur ces derniers (30%), plus que sur les sites d’actualité (21%). D’une façon générale, les mobinautes attendent des contenus informatifs (47%), ludiques, intéressants (41%) et concis (38%).
Les tablonautes, eux, attendent des contenus avant tout (dans l’ordre) instructifs (60% le réclament), ludiques et intéressants (48%) et concis (27%). Ils se comportent différemment. A domicile, ils se branchent d’abord sur les jeux (25,5%) puis l’actualité (23,3%). Dans les transports, les jeux sont légèrement privilégiés (13%) sur l’actualité (11%). Au travail, les sites d’actualité (11,3%) sont aussi fréquentés que les réseaux sociaux (11,2%).
Reste une question : La taille de l’écran mobile influe-t-elle sur le format qu’on regarde ? Qu’on se serve d’un smartphone ou d’une tablette, l’article constitue le format le plus communément regardé (51% chez les mobinautes comme chez les tablonautes), mais le mobinaute privilégie au second rang la photo (49%) et le tablonaute le jeu (43%). Les vidéos arrivent au 3ème rang des formats les plus utilisés et plus intensément prisés chez les tablonautes que chez les mobinautes car la plus grande taille de l’écran tactile valorise mieux le spectacle.

Pour conclure, les possesseurs d’écrans mobiles gardent un lien privilégié avec leurs produits high-tech qui s’avèrent assez complémentaires. Les contenus peuvent modifier les usages. Mieux vaut en avoir conscience pour mieux toucher sa cible.

Marc Pellerin


Plus d’informations ?

Laure OSMANIAN MOLINERO
Tél : 01 47 58 97 55
Mail : losmanian@mediametrie.fr



Envoyer à un ami