articles-51.jpg

Comment les Français prennent-ils leurs vacances? Chaque année, début septembre, Médiamétrie réalise l’enquête « Vacances d’été » qui permet notamment de tenir compte des vacances dans l’étude « Grilles radio d’été ».

Mise à jour septembre 2013

La saison estivale 2013 confirme les enseignements de l’enquête « Vacances d’été 2012 ».
Recensant tous les séjours hors du domicile effectués par les plus de 13 ans entre le 17 juin et le 1er septembre, l’enquête « Vacances d’été 2013 », révèle un nouveau record du nombre de vacanciers. Plus des 2/3 des Français (67,3%) ont déclaré être partis au moins 2 jours hors de leur domicile, soit une hausse de 6 % par rapport à 2012. Près de 60 % des individus  (59,7 %) sont partis en vacances au moins 4 jours entre le 1er juillet et le 1er septembre, soit 6 % de plus qu’en 2012. Le bel été ensoleillé sans trop d’excès de chaleur, le long week end du 15 août, après un long hiver  et un printemps « pourri », a donné des envies de voyage. La hausse du nombre de vacanciers, entamée en 2011, s’est donc poursuivie, malgré un contexte économique difficile. Pour autant, la tendance à privilégier des hébergements « gratuits » dans la famille, chez des amis ou dans sa résidence secondaire, s’accentue : cela a concerné 57,8 % des hébergements (contre 56,2 % en 2012) des vacanciers 2013 . 

En revanche, de 2012 à 2013, ni la durée des séjours (18 jours en moyenne en 2013, entre 17 et 19 les années précédentes), ni les régions de prédilection, ni le profil des vacanciers n’ont varié significativement. Les habitudes des Français vacanciers semblent bien ancrées.

En juillet 2013 alors que la saison estivale 2013 était à peine lancée Audience le Mag avait tiré des enseignements de l’enquête « Vacances d’été 2012 » réalisée du 2 au 10 septembre 2012, auprès de 3320 individus de 13 ans et plus, et mise en perspective avec les années précédentes.

Quelle consommation média en été ?

  • Télévision : les téléspectateurs fans de sport.

    Si les téléspectateurs sont un peu moins nombreux l’été, la durée d’écoute individuelle estivale progressait ces dernières années plus vite que sur l’ensemble de l’année. L’écart de 28 minutes en 2006 entre l’été et le reste de l’année s’était resserré à 21 minutes en 2011. La consommation de la TV l’été ressemblait de plus en plus à celle du reste de l’année. Mais l’écart s’est creusé à nouveau à 27 minutes en 2012, la durée d’écoute estivale ayant reculé de 3 minutes tandis qu’elle augmentait d’autant sur l’année.
    En cet été 2012 olympique, l’offre de programmes sportifs était bien plus abondante avec 2,7 % des programmes offerts contre 1,9 % dans le reste de l’année. Et les téléspectateurs ont plébiscité ces programmes qui ont représenté plus de 12 % de la télévision consommée pendant l’été, contre 4,8 % en temps normal.

  • Radio

    Comme pour la télévision, l’audience de la radio en été est un peu en dessous du reste de l’année. Elle se tassait même depuis 2006, passant de 78 % d’audience cumulée à 74,6 % en 2011. Elle a connu un regain en juillet-août 2012 à 76,2 % d’audience cumulée contre 82,1 % de septembre 2011 à juin 2012. Le prime time radio reste matinal en été, même s’il se décale légèrement avec un pic à 8h15 au lieu de 8h dans l’année. Une grasse matinée toute relative !
    Le profil des auditeurs ne diffère guère de celui du reste de l’année : plutôt masculin dans la tranche 35-49 ans et surtout CSP+. Les vacanciers délaissent un peu la radio par rapport aux résidents et se tournent vers des programmes musicaux.
    Mais les stations ayant couvert les Jeux Olympiques de Londres ont vu leur audience progresser par rapport à l’été précédent.

  • Internet :

    L’été, le téléphone mobile ne quitte pas les vacanciers, contrairement à l’ordinateur. Du coup, les mobinautes se sont connectés plus longtemps à des sites mobiles en juillet et août 2012 qu’en juin 2012 : 4h01 en moyenne chaque mois contre 3h47 en juin. Ils ont aussi consommé davantage d’applications : 105 sessions contre 96 en juin. Chez les détenteurs de tablettes, cette durée, certes moindre que le reste de l’année, reste soutenue: 24h55 passées sur des sites au 3ème trimestre 2012, c’est quand même moins qu’au 2ème trimestre : 28h43. L’été, on déconnecte certes, mais pas complètement !
    En Juillet-Août 2012, 90,6% des mobinautes s’étaient connectés à au moins un site et 70,8% à au moins une application. Outil pratique en déplacement, le mobile permet de se renseigner sur les voyages. 44 % des mobinautes se sont connectés en juillet 2012 à au moins un site ou une application de la catégorie voyages (Compagnies aériennes, itinéraires, guide..).
    En revanche, l’audience de l’internet fixe était plus faible en août 2012 qu’en septembre : les internautes en vacances ont moins accès à un ordinateur. Mais ils consultent davantage de sites des catégories Voyages, tourisme, hôtel et … météo. L’été plus que jamais, la météo a une influence déterminante sur les activités médias.

Un nombre records de vacanciers en 2012

Alors que depuis 2006, le nombre de vacanciers était en recul, il était reparti légèrement à la hausse en 2011. Le rebond s’est confirmé en 2012, avec 56,1 % des individus de plus de 13 ans déclarant être partis hors de leur domicile, en long week-end ou en vacances, plus de 4 jours d’affilée entre le 18 juin et le 2 septembre. C’est une hausse de 13 % par rapport à 2011. Le niveau de 2006 (49,9 %) est donc largement dépassé. Si l’on ajoute les personnes parties pour au moins 2 jours, on atteint un taux de départ de 63,2 % contre 59,1 % en 2006. Un résultat d’autant plus notable que la météo maussade du mois de juillet 2012 n’encourageait guère aux départs.

Une durée de séjour stable et une préférence pour août

Comme les années précédentes, c’est le mois d’août qui reste le mois privilégié par les Français pour leurs vacances et tout particulièrement les trois premières semaines. Il est vrai que les vacances scolaires ne débutaient que le 6 juillet, comme cette année, amputant de fait d’une semaine le mois de juillet pour les familles avec enfants.

Avec des séjours de 19 jours en moyenne pour les « vacanciers » 2012 - l’étude considère comme « vacanciers » les personnes parties plus de 4 jours – la durée moyenne des séjours s’est située dans la fourchette haute de celles constatées ces dernières années : 17 jours en 2011 et 2010, 19 en 2008, 18 en 2007 et 2009. L’été est visiblement épargné par la tendance souvent évoquée à des séjours plus courts et fractionnés.

Qui part en vacances ?

Le profil du vacancier parti en France entre le 2 juillet et le 2 septembre 2012 diffère de celui de la structure de la population. Les jeunes de 20-34 ans et les ouvriers sont sous-représentés tandis que les personnes âgées de plus de 65 ans et les retraités sont légèrement sur-représentés ainsi que les étudiants et les cadres.

Par origine géographique, ce sont les Franciliens qui éprouvent le plus le besoin de changer d’air ; ils représentent 26,2 % des vacanciers contre seulement 18,5 % de la population âgée de 13 ans et plus. C’est la seule région où se constate un tel écart. A l’inverse, les habitants du Sud-Est et des bords de la Méditerranée sont sous représentés chez les vacanciers. Le soleil de leur région y est sûrement pour beaucoup !

Où vont les vacanciers ?

Sans surprise, les destinations privilégiées restent celles dotées d’un grand littoral : pourtour méditerranéen (28 % des vacanciers), Ouest (23%) et Sud-Ouest (19 %). L’effet Ch’tis n’y change rien, le Nord attire toujours aussi peu (2,1%) et la région parisienne guère plus.

Le mode d’hébergement privilégié est la résidence principale de parents ou amis (pour 27,6 % des vacanciers), sa propre résidence secondaire ou celle de parents et amis. Un souci d’économie sans doute qui peut expliquer le décalage entre le record de vacanciers déclarés et la perception des professionnels du tourisme d’un été 2012 en demi-teinte.

Et pour 2013 ?

Difficile à ce stade de faire des pronostics pour 2013. La conjoncture économique dégradée n’est pas forcément synonyme de moins de vacanciers. La coupure d’été reste sacrée même si les budgets sont resserrés. Après un printemps maussade, où les réservations de vacances s’annonçaient en net recul, le début juillet ensoleillé a redonné des espoirs aux professionnels du tourisme.

Isabelle Repiton


Plus d'informations ?

Adélie Ménager - amenager@mediametrie.fr
Laure Osmanian Molinero losmanian@mediametrie.fr


Bookmark and Share