articles-41.jpg

ou les transformations de l'écran préféré des Français



Qu’elle soit, dès sa construction, parfaitement connectée au Web, et accède ainsi au titre de « Smart TV », ou qu’elle se contente d’y être reliée par l’intermédiaire de boîtiers spécifiques ou de box ADSL, la télévision multiplie aujourd’hui les occasions de se retrouver face à son écran. La TV connectée élargit le champ des possibles pour le téléspectateur. Elle peut surtout se prévaloir du confort attaché à l’écran pour accompagner les nouvelles pratiques de visionnage des programmes.

L’écran télévisé, repère du foyer


L’étude de Mediametrie, « Screen 360 », met clairement en évidence le fait que les 5,3 écrans que possèdent en moyenne les foyers français ne sont aucunement redondants, mais bien plutôt complémentaires. Puisque tous les contenus convergent aujourd’hui – la TV connectée parachève ce mouvement –, on n’a plus à choisir le support en fonction du type de contenu recherché. C’est la façon dont on veut regarder un programme qui détermine l’écran choisi. L’écran télévisé reste ainsi le préféré des Français. Il est bien évidemment privilégié pour sa taille lorsque l’on souhaite voir un programme en famille ou entre amis : c’est l’écran du collectif et de la convivialité. L’écran de télévision véhicule aussi une dimension affective et suscite un attachement chez les individus : sa localisation la plus fréquente dans le foyer – à savoir dans le salon - l’érige en repère du quotidien. Localisation qui procure également au téléspectateur le confort de visionnage. Il est ainsi assimilé à un moment de divertissement, de bien-être et d’absence de contrainte.
Même si le « live » a encore de beaux jours devant lui (les Français regardaient en moyenne la télévision 3h47/jour en 2011 selon les résultats du Médiamat), la ligne de démarcation d’abord créée entre la consommation délinéarisée – privilégiée pour l’ordinateur – et la consultation en direct – majoritairement réalisée sur le téléviseur  –, a tendance à s’estomper avec l’apparition des téléviseurs connectés. Puisque la catch-up aussi bien que la VOD sont accessibles sur tous les écrans, c’est encore l’ambiance que l’on cherche qui conduira à choisir l’un ou l’autre support. Selon l’étude de Médiamétrie « Screen 360 », 4 possesseurs sur 10 de « Smart TV », et 3 utilisateurs sur 10 de téléviseurs reliés au Web par une box ou un boîtier spécifique regardent régulièrement, avec facilité et confort, la télévision en différé, soit en léger différé soit après enregistrement personnel.




La Smart TV, le sacre de l’écran télé ?

Cet attachement à l’écran de télévision renseigne-t-il aussi sur les attentes des Français à l’égard des « Smart TV », et sur les nouveaux comportements qu’elles laissent entrevoir ?
Qu’ils possèdent déjà une « Smart TV » ou seulement un téléviseur connecté par box ou boîtier spécifique, les téléspectateurs invités à formuler leurs attentes quant aux nouvelles applications du Web à la télévision imaginent encore spontanément des usages liés à la vidéo, que le confort visuel de leur écran leur permet d’apprécier. L’étude TV Connectée de Médiamétrie a montré qu’en dehors de la catch-up TV et de la VOD que leurs box et boîtiers leur permettent déjà d’utiliser, les consommateurs ont du mal à se représenter ce qu’est un véritable téléviseur connecté, une « Smart TV » déployant toutes ses possibilités Web. Il y aurait même une certaine incompréhension du public français à l’égard de ce qu’est précisément un téléviseur connecté. L’offre n’est en effet sans doute pas encore très claire, les services ne sont pas encore assez structurés pour prendre place dans l’esprit et les besoins des téléspectateurs. Le prix de l’équipement en « Smart TV » est encore trop élevé pour des foyers qui ont pour la plupart renouvelé récemment leur équipement (écrans plasma, passage récent au numérique pour tous), et la valeur ajoutée perçue en termes de services et d’usages trop faible.
Une chose est sûre, cependant : la TV connectée n’intéresse les Français que si elle valorise les qualités de la télévision et le confort de son écran : la navigation doit y être simple et intuitive, l’usage doit rester associé à la dimension ludique et détendue du moment télévisuel, l’offre de service doit pouvoir être partagée avec l’entourage. On n’a pas d’intérêt particulier à rechercher un écran de télévision uniquement pour consulter sa boîte mail. En revanche la TV connectée devrait prendre tout son sens en favorisant une plus grande interactivité avec les programmes.

De nouveaux services encore à inventer

Une autre étude de Médiamétrie, « Média in Life », montre que le nombre de contacts journaliers avec les médias ne cesse d’augmenter. En 2010, un Français avait 41 contacts médias et multimédias dans une journée moyenne, 3% de plus qu’en 2009, 6% de plus qu’en 2008. Cette progression continue se fait sans que l’on entrevoie le moindre phénomène de saturation. Aucun écran n’en cannibalise aujourd’hui un autre. Les Français semblent pouvoir sans cesse se donner les moyens pour de nouveaux usages associés à de nouveaux écrans. Il y a donc bien une place possible pour de nouveaux comportements liés à la « Smart TV ». Mais, aujourd’hui peu différenciés et peu différenciants, les nouveaux services associés au téléviseur connecté ne peuvent conquérir les téléspectateurs que s’ils conviennent aux usages et aux valeurs attachés à la télévision, et si les contenus restent associés à une marque bien identifiée, qui permet au téléspectateur de se repérer aisément au sein d’une offre démultipliée.
C’est sans doute en jouant la carte de la familiarité et de la force de prescription qu’ont les chaînes que les diffuseurs peuvent proposer aux téléspectateurs une offre rassurante, riche et pratique, face à l’irruption des nouveaux acteurs de la Smart TV. Reste à observer de près ces nouveaux comportements télévisuels à l’arrivée des GoogleTV, AppleTV et autres Netflix. 


TV Connectable ou Connectée ?
Ce vocable reflète plusieurs réalités, dont certaines existent déjà depuis plusieurs années. Une TV peut être connectable via un équipement spécifique tels qu’un lecteur Blu-Ray, une console de jeu ou un Home Cinéma. 2ème option, le téléviseur peut se connecter via les box Internet à des services de VOD, Catch-Up TV et des services interactifs. Dernière option, relier son téléviseur à un boîtier spécifique comme l’Apple TV, la Toshiba Places, etc. Dans tous les cas, le téléviseur, s’il est connectable, n’est pas nécessairement connecté, c'est-à-dire que l’on peut regarder la télévision sans se connecter aux services et applications disponibles. Le stade ultime de la connexion TV est la Smart TV qui propose les applications et services directement accessibles depuis le téléviseur.


Florence Bourgade


Plus d'informations ?
Adélie Ménager 
- amenager@mediametrie.fr
Laure Osmanian
- losmanian@mediametrie.fr


Suivez-nous
| Dites "J'aime"
| Partager cette page
Follow Mediametrie_TM on Twitter

Partager



Envoyer à un ami